Moodboard : On craque pour les néo-colognes

Publié le : 21/10/2019
Catégories : Moodboard ByCalliste

Moodboard 21 octobre 2019 On craque pour les néo-colognes
 

Délaissée ces dernières décennies car considérée comme bas de gamme, trop légère ou pas assez audacieuse l’Eau de Cologne vit une véritable renaissance. Les grandes maisons s’emparent de son ADN pour concocter de nouvelles Colognes, impertinentes, étonnantes ou luxueuses.

L’histoire de l’Eau de Cologne n’est pas toute jeune ! Son invention remonte au début du XVIIIe siècle lorsque Jean-Marie Farina, un maitre parfumeur italien s’installe à Cologne en Allemagne et concocte une Aqua Mirabilis (Eau Admirable) comme il s’en faisait beaucoup à l’époque. Alors que les autres Aqua Mirabilis sont souvent très capiteuses puisqu’elles se composent d’un mélange d’huiles essentielles odorantes (Cannelle, Musc, Santal…) et d’alcool, celle de Jean-Marie Farina est légère et très fraiche. Le parfumeur a en effet l’idée d’utiliser des écorces de mélisse, de citron, de bergamote, de l’absinthe, de la lavande…mélangés à de l’eau-de-vie.

Le succès est immédiat, particulièrement grâce aux officiers de l’armée française qui, de campagne en campagne, popularisent cette Aqua Mirabilis qu’ils surnomment « Eau de Cologne » pour plus de facilité. Le nom est resté.

On appelle aujourd’hui Eau de Cologne une composition parfumée dont la part d’essences est de 4 à 6% (L’eau de parfum en compte de 12 à 20% quand le parfum en compte plus de 20%) .

Les Eaux de Cologne ont souvent pâti d’une image un peu cheap en raison de leur fragrance légère et de leur prix souvent bien plus bas que les parfums classiques.

Depuis quelques années, l’Eau de Cologne a renoué une véritable histoire d’amour avec les consommateurs. Il faut dire que plusieurs marques se sont (enfin) penchés sur son cas et se sont empressés de lui rendre ses lettres de noblesse tout en la réinterprétant.

Si vous en avez l’occasion, jusqu’au 5 janvier 2020 l’exposition La Fabuleuse Histoire de l'Eau de Cologne se tient au Musée international de la parfumerie, à Grasse.

Mais avant de parler des néo-colognes, ces eaux nouvelles et contemporaines, évoquons les Colognes classiques, qui elles aussi profitent d’un regain particulier d’intérêt.

 

Les Classiques

Intemporelles, ces Colognes séduisent à nouveau le public. Leur coté authentique rassure et leurs notes ultra fraiches et citronnés offrent une alternative bienvenue aux parfums plus capiteux. Mixtes, elles font partie de ces eaux que l’on s’échange et se pique au moment de sortir.

L’Original Eau de Cologne de la marque belge 4711 est une des plus anciennes Eaux de Cologne connues. Le flacon, dit « Molanus » (du nom de son concepteur) n’a pas changé depuis 1820, tout comme son étiquette au charme désuet et précieux. Ses notes de bergamote, de citron, de lavande et de fleur d’oranger sont tout à fait classiques.

Créée en 1853, l’Eau de Cologne Impériale de Guerlain, a été composée par Pierre-François-Pascal Guerlain pour l’Impératrice Eugénie. Le flacon en verre, superbe, est orné de 69 abeilles, de l’aigle et de la couronne impériale. Citron, bergamote, néroli et petit grain forment son coeur olfactif.

 

Eau de Cologne Originelle de Roger Gallet : fidèle à la création originale de 1808, c’est LE classique des classiques. Seul le flacon a cédé au modernisme. Elle se compose d’essence de citron et d’orange, d’absolu de sauge et essences distillées de néroli, de petit grain, de romarin, et de lavande….

 

Les fruitées

C’est la tendance la plus remarquée chez les néo-colognes : les notes fraiches et herbacées classiques se twistent de saveurs fruitées et gourmandes, presque sucrées. On cherche toujours la légèreté mais on souhaite s’amuser avec les codes stricts de la recette originelle.

 

Comment ne pas parler d’Atelier Cologne ? Cette maison, née de la rencontre en 2006 de Christophe Cervasel et Sylvie Ganter a été pour beaucoup dans la renaissance de l'Eau de Cologne. Les deux créateurs ont réussi le difficile équilibre entre respect de la tradition et ré-interprétation. Ils proposent aujourd’hui 29 Colognes, pour certaines très originales, destinées à devenir…des classiques. Parmi leurs créations fruitées, on retiendra Clémentine California, Pomélo Paradis ou en encore Pacific Lime.

 

La ligne Acqua Colonia (de la marque 4711) propose des associations détonantes et gourmandes comme les Colognes Pêche et Coriandre, Myrrhe et Kumquat, ou Mandarine et Cardamome.

La maison Claude Galien table sur les agrumes avec Fleur de Yuzu et Eclat de Cédrat.

Roger Gallet ose les fruits rouges (presque noirs) pour son Extrait de Cologne Cassis Frénésie. Créé à partir d’absolu de cassis, d’essence de piment et d’infusion de rose, cette Cologne promet une explosion de fraicheur et d’énergie !

Nuxe s’est inspiré de la douceur de l’été pour sa Cologne Fraiche Méditerranéenne : cédrat, zeste de pamplemousse, menthe, romarin, fleur d’oranger et enfin, une pointe d’héliotrope et de rose.

 

Enfin, chez Hermès, pour compléter la célèbre Eau d’Orange Verte, la mandarine se mêle au fruit de la passion pour une incroyable Eau de Cologne Mandarine Ambrée. Beaucoup plus étonnante, l’Eau de Cologne Rhubarbe Ecarlate, née de l’alliance de la rhubarbe et du musc blanc. Acidulée et délicat.

 

Les avant-gardistes

Ces Colognes là sont réservées aux audacieux. Ceux qui veulent être bluffés, ceux qui cherchent la nouveauté avant tout. Ce sont des Colognes pensées par des Nez tournés vers l’innovation. Elles sont dans la lignée de Mugler Cologne, sortie en 2001, qui a été la première « Néo-Cologne » a créé une rupture avec les Colognes classiques. Imaginée par le nez Alberto Morillas, ce jus a été au coeur de toutes les convoitises grâce à sa mystérieuse « molécule S » : un accord à la composition secrète (Musc ? Ambre ?) chaud et sensuel conçu pour contraster avec la fraicheur habituelle de la Cologne.

Depuis, La maison Mugler a imaginé cinq nouvelles Colognes mixtes : Come Together (petit grain, musc blanc), Fly Away (pamplemousse, cannabis), Love You All (Ambre blanche, réglisse), Run Free (Gingembre, bois d’Akigala) et Take Me Out (Fleur d’Oranger Shiso). Le but ? Les mixer et trouver son harmonie.

Chez Jo Malone, le mix and match des Colognes s’appelle « Fragrance Combining ». Le principe est simple : vous choisissez votre parfum préféré parmi les Colognes, les Colognes Intenses et les Colognes Absolues et vous décidez de la touche supplémentaire que vous souhaitez lui apporter : sensualité ou fraîcheur, et la marque vous propose la Cologne complémentaire la plus adaptée pour créer le duo parfait.

Inès de la Fressange a imaginé de son coté six Eaux de Voyages, des Eaux de Cologne inspirées par ses lieux préférés à travers le monde. Les flacons sont ravissants, épurés, chics… Bella Storia (Citron caviar, verveine, fleur de pêcher…) Bloom Boom (Rose, mandarine, litchi…) Ciel Frigolet (Amande amère, mandarine, héliotrope…), Indigo Kimono (Fleur de cerisier, aubépine, fleur d’oranger, musc, bois de santal…), Atelier Medina (feuille de giroflier, freesia, santal et benjoin) et Holi Palace (jasmin, lys, bergamote, cannelle, santal et patchouli.) forment un cahier de route très tentant.

L’Atelier 100Bon on crée la surprise avec sa Cologne Eau d’Orange dans la ligne Détox : 100% naturelle et 100% végan élaborée à partir…d’ alcool de betterave ! Sa fragrance reste plus classique : pamplemousse, orange et épices.

Les Précieuses

Certains parfumeurs ont choisi de travailler l’Eau de Cologne comme un produit précieux, luxueux. La Cologne retrouve ses lettres de noblesse et se permet de rivaliser avec le plus grands jus.

Jean-Claude Ellena a ainsi imaginé pour Le Couvent des Minimes la ligne Colognes Botaniques : une collection précieuse de huit Colognes inspirées des essences rares que l’on trouve dans les jardins du Couvent des Minimes. Distillés dans la tradition de la Haute Parfumerie Française, à Grasse, ces jus se lovent dans de très beaux flacons, ornés des dessins délicats et oniriques de l’artiste Anne-Charlotte Laurans, alias Broll & Prascida.

Louis Vuitton a surpris le monde de la parfumerie cet été avec California Dreamin, un triptyque d’Eaux de Cologne, pop et culottées, entre eaux d’été et parfums. Les flacons de Sun Song, Cactus Garden et Afternoon Swim, inspirés de la pop culture américaine, sont ultra stylisés et peuvent même s’offrir dans une flaconnier Vuitton arty, imaginé par le designer américain Alex Israel.

Alberto Morillas enfin a conçu pour sa marque en propre, Mizensir, un jus rare, Coeur de Cologne : un concentré dense et intense de tout ce que l’on aime dans l’Eau de Cologne : du néroli, de l’absolu de fleur d’oranger, de la bergamote, du citron, et pour la touche sensuelle : des muscs et un peu d’encens.

 

Et vous ? Pour quelle néo-Cologne allez-vous craquer ?

Le Lab By Calliste