Rencontre avec Patricia de Nicolaï

Publié le : 09/05/2020
Catégories : Rencontre d’exception

Aujourd’hui nous avons le plaisir et l’honneur de vous présenter Patricia, fondatrice de la belle marque indépendante de parfums, Nicolaï.
Patricia s’est confiée sur son parcours, sa marque, ses projets et même sa routine beauté ! ;)

Issue de la famille Guerlain, cette femme de passion a été depuis très petite baignée dans le monde du parfum.

Alors, c’est une histoire de famille, de passion, une évidence ? Découvrons ensemble Patricia de NicolaÏ…

Tout d’abord Patricia, pouvez-vous nous raconter vos débuts, votre histoire …

 

« J’ai été élevée dans le milieu du parfum mais étonnement quand j’étais plus jeune je ne savais pas, que j’allais moi aussi, choisir ce domaine. En réalité, je l’ai découvert assez tardivement. Néanmoins, cela a été comme une évidence lorsque je suis entrée à l’ISIPCA, école de chimie appliquée à la parfumerie. Cela m’a directement passionné …

C’est au cours de mes stages dans différents départements de la parfumerie que je me suis rendu compte que je me sentais plus à l’aise dans les laboratoires de création. J’ai alors très vite fait un choix et je me suis lancée sur le marché du travail en tant que créateur/parfumeur.

Quand j’ai débuté ma carrière, je n’ai pas du tout pensé à créer directement ma marque, je voulais avant tout découvrir le monde du parfum. J’ai appris le métier au contact d’autres parfumeurs ….

 

Au cours de mes expériences, je me suis rendu compte que le parfumeur n’était jamais mis en avant. Il signait un parfum pour une marque mais le public ne le connaissait pas. C’était un travail « caché », dans l’ombre. »

 

C’est de là que vous vient l’idée de créer Nicolaï ?

 

« Exactement ! En fait, j’avais une réelle volonté de liberté … Être libre de choisir les ingrédients que je voulais dans un parfum, sans me préoccuper d’un budget donné et surtout être libre de créer ce que je voulais.

C’est en 1989, qu’avec mon mari, nous avons pris le pari audacieux de nous lancer dans cette aventure. Effectivement, créer, signer et vendre à cette époque c’était assez disruptif mais j’avais en tête un objectif : mettre le parfumeur au cœur du processus. Je voulais le mettre en avant, et que lorsque le client arrive en boutique il puisse découvrir et surtout voir le travail du parfumeur. C’est pour cela que dans notre première boutique, Avenue Raymond Poincaré à Paris, il n’y avait qu’une baie vitrée qui séparait la boutique et le laboratoire. Ainsi le client pouvait découvrir tout le processus de création. C’est ça le concept de Nicolaï : aller au cœur de la création. »

 

« Être parfumeur c’est un engagement de toute une vie… »

 

« Il faut vraiment aimer ça ! Nous parfumeurs, nous travaillons tous les jours. Il faut toujours aller plus loin : découvrir, créer, revenir en arrière et recommencer si besoin.  Il faut respecter une discipline de travail très rigoureuse dans le domaine de l’olfactif. Il faut passer son temps à sentir. D’ailleurs petite confession : on sent mieux le matin (rires)…

Le métier de parfumeur est un processus très long, même si la formation est assez courte. Cela prend des années et des années pour se considérer comme un véritable parfumeur. »

 

 

Finalement, quelles sont les valeurs de la marque ?

« Je dirais l’authenticité avant tout. Ce sont des produits fait chez nous, par nous. L’authenticité de ce que nous faisons mais aussi de ce que nous mettons dans les parfums.

Avec Nicolaï, je cherche à faire des parfums qui rassurent, qui donnent confiance, et que l’on soit fièr(e) de le porter. Bien sûr, il faut être original dans ce domaine mais, personnellement, je cherche l’originalité portable et élégante.

Nicolaï, c’est le chic et l’élégance à la parisienne. »

 

Au cours de ces 30 années de pure passion, vous avez développé de nombreux produits. Actuellement, combien y a-t-il de gammes chez Nicolaï ?

 

« Nous avons une quarantaine de références. Nous avons les parfums à porter qui se déclinent en eaux de toilette, colognes, eaux fraiches, intenses, poudrés...
Puis nous avons la partie parfumerie d’ambiance, qui va des bougies, aux huiles à brûler en passant par les sprays ou les bambous.

 

Nous imaginons que ce développement n’est pas près de s’arrêter en si bon chemin ! Avez-vous pour projet d’étendre ces gammes ?

 

« Nous voulons développer doucement mais surement … Nous allons créer les cosmétiques connexes, c’est-à-dire des crèmes pour les mains, des savons, des laits pour le corps et des brumes pour cheveux.

Nous souhaitons également développer nos bougies et nos bambous qui deviennent des véritables objets de décoration.

Cependant nous sommes une maison de parfumerie avant tout donc il faut se concentrer sur ça. »

 

Vous ne vous arrêtez jamais ! Quelles sont vos inspirations pour créer tous ces parfums ?

 

« Eh bien, tout d’abord j’ai les narines aux aguets sur tout ce qui sort et qui se fait.
Les matières premières sont aussi très inspiratrices, car il y a différentes facettes dans une seule et même matière.

 

Parfois, les inspirations viennent dans ma vie quotidienne, dans mes souvenirs. Pour la petite anecdote, je suis quelqu’un qui adore les dragées donc je me suis inspiré de cette odeur de sucre et d’amande pour créer un de mes parfums.

L’inspiration vient de partout ! 

Ensuite, comme nous sommes présents sur des marchés très différents, Russie, Europe, Asie, Moyen-Orient, les demandes viennent aussi de leurs côtés. Par exemple au Moyen-Orient, ils adorent le patchouli ! Ces demandes m’inspirent par la suite. On s’inspire puis on s’adapte. »

 

Maintenant, une question difficile… Est-ce que vous avez un parfum ou une création préférée ?

 

« C’est très compliqué d’en choisir qu’un ! Mais pour être honnête, un parfum que j’aime beaucoup c’est un parfum que nous avons créé assez récemment qui s’appelle Cap Néroli à la fleur d’oranger. Pour moi, c’est un très joli néroli, assez fin. Je l’adore, mais j’avoue que je préfère toujours sentir mes créations sur les autres plutôt que sur moi.

J’essaye toujours de me dire que ma création préférée sera la prochaine qui viendra ! »

 

En tant que Nez experte et installée depuis des années, quels seraient votre conseil pour un jeune nez ?

 

« D’avoir beaucoup de courage car c’est très long (rires) ! L’apprentissage est très long, on passe beaucoup de temps à faire des essais. Il faut être patient, curieux, créatif, et avoir une culture artistique globale qui permet de développer une certaine critique.

Comme tout créateur et artiste c’est inné, c’est une passion d’être parfumeur ! »

 

Pour revenir à vous, nous allons vous poser notre question favorite chez By Calliste… Quelle est votre définition de la beauté ?

 

« C’est très difficile comme question ! Déjà, l’hygiène et la propreté c’est très important pour moi, comme pour tout le monde je pense, mais j’y accorde beaucoup d’attention !

Mais la beauté passe surtout par le charme, sans charme pour moi il y n’y a pas de beauté. Un visage ouvert et souriant c’est ce qu’il y a de plus beau…

Aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on ne se fait plus beau pour nous mais pour les autres… C’est notamment vrai en parfumerie car lorsque l’on met du parfum c’est souvent pour les autres. Puisqu’en effet on ne sent plus notre parfum très peu de temps après l’avoir mis !

 

Pour terminer Patricia, quelle est votre routine beauté ?

 

« Faisant partie de la famille Guerlain, j’ai toujours été très crème et soin mais pas forcément maquillage. Dans ma famille on aimait le naturel.

Côté maquillage, le maximum que je puisse faire c’est un peu de terracotta, essentiel je dirais, du mascara et un peu de rouge à lèvres quand il le faut.

Néanmoins, même si je ne me maquillage pas tous les jours, je trouve qu’il est très important de bien nettoyer sa peau tous les soirs pour enlever la pollution du quotidien. »

 

Merci Patricia pour cette très belle rencontre et surtout bravo !
Bravo car vous avez créé une très belle maison avec beaucoup de réussite, des sens et surtout de très jolies valeurs.

De notre côté, nous vous invitons à découvrir la marque sur leur site internet et bientôt, nous l’espérons, dans leurs nombreuses boutiques à Paris, en France mais aussi à l’international !

A bientôt au Beauty Lab !

By Calliste

Newsletter